Où boire cette semaine?

Le coeur bien au chaud, Les yeux dans la bière, Chez la grosse Adrienne de Montalant, Avec l'ami Jojo, Et avec l'ami Pierre, on allait boire nos 20 ans, Jojo se prenait pour Voltaire, Et Pierre pour Casanova, Et moi moi qui étais le plus fier, Moi moi je me prenais pour moi, Et quand vers minuit passaient les notaires, Qui sortaient de l'hôtel des Trois Faisans, On leur montrait notre cul et nos bonnes manières, En leur chantant... Les Bourgeois c'est comme les cochons, Plus ça devient vieux, plus ça devient bête, Les Bourgeois c'est comme les cochons, Plus ça devient vieux, plus ça devient...(J.Brel)

Ceci est une nouvelle rubrique de La Tartine. Cette école étant remplie d'alcooliques irresponsables d'après ce qui se dit, nous vous proposons de vous dénicher les bons plans pour une semaine alcoolique. Alors toi, jeune compagnon incapable de résister à l'alcool (à la différence de ces grands adultes qui nous dirigent et dont la vie n'a jamais connu et le moindre débordement :-), rejoins nous. On te prend une partie de ta liberté et ben La Tartine t'en redonne un peu (jusqu'à la suppression de la liberté de la presse qui ne devrait pas tarder après la surveillance des chambres, les punitions collectives!!).

Pour commencer, note bien le numéro de téléphone d'AlloTaxi (04 78 28 23 23) pour pouvoir rentrer chez toi plus facilement : taxis disponibles 24h/24. Va pas te tuer en voiture : on est peut-être irresponsable mais bon il y a des limites : on aime la vie quand même.


Lundi 17 octobre

Une petite soirée à l'Apostrophe en dessous de la gare Saint Paul. Une ambiance tranquille. On s'entend parler, des jeux de cartes sont à disposition. Le bon plan, c'est les girafes de bières. Commandez en plein à la suite pour assouvir votre vice. En plus, certains soirs, le patron y succombe aussi et a beaucoup plus de mal à compter qu'en temps normal.

Mardi 18 octobre

C'est la soirée des habitués au Flemming's. 4 euros la pinte de bière. On sait pas trop quel sera le prix de la carafe mais en tout cas, ce sera une soirée économique en compagnie des barmans les plus cools du Vieux Lyon : Sandra et Gabi (qui adorent les normaliens). Le petit plus de la soirée : une playlist énorme sur l'ordi du bar et on peut facilement demander la chanson de ses rêves (Je bois de Boris Vian, Whisky bar des Doors, Sober song de Noir Désir).

Mercredi 19 octobre

Un barathon dans la rue Sainte Catherine. Maintenant que t'es bien chaud, tu pourras encaisser un coup de Shamrock, puis de Perroquet Bourré, puis d'Abreuvoir. A priori, on pense que tu n'auras pas la force d'aller beaucoup plus loin. De toute façon, ces bars ferment tôt. Le petit plus de la soirée : les stations de taxi à l'Hôtel de Ville juste à côté.

Jeudi 20 octobre

Jeudi, rien de tel qu'une petite soirée boîte pour pallier à l'absence du foyer. Le bon plan, commencer par un petit bouchon lyonnais arrosé de vignobles locaux. Puis, enchaîner sur la boite situé dans le bas de la presqu'île (la Bodega). Un grand chapiteau et à l'intérieur que des tubes jusqu'à tard dans la nuit. Le petit plus de la soirée : facile de rentrer jusqu'à l'ENS, c'est juste à côté.

Vendredi 21 octobre

Après la grosse soirée de la veille, rien de tel qu'une petite soirée pépère. Pour ça rendez-vous au Bec de Jazz dans les pentes de la Croix-Rousse. Le petit plus de la soirée : le cadre tout à fait adapté à l'ambiance prohibition et années trente actuelle.

Samedi 22 octobre

Ninkasi Kao. Toute la gamme de bière du Ninkasi à votre disposition pour une soirée de folie avec des groupes trop cools qui comprennent vos problèmes. Juste à côté le bar pour finir la soirée. Le petit plus de la soirée : les réductions ENS au bar et bar le plus proche de l'ENS.

Dimanche 23 octobre

Verveine avant d'aller au dodo de bonne heure. On a cours le lendemain quand même... Le petit plus de la soirée : ???.


Et puis, lors de votre retour d'une soirée, n'oubliez pas de dire que vous êtes de l'ENS pour que la rumeur commence à se savoir que les normaliens s'intègrent à la vie lyonnaise.

On conclut en espérant que cette rubrique n'aura choqué personne (elle se veut juste rigolote, un peu provoc (ça fait pas de mal) et ne cherche pas du tout à minimiser les problèmes de l'alcool) et on espère que cet article aura contribué à montrer que si la volonté générale est vraiment de lutter contre un problème de santé publique (si problème il y a à l'ENS...), cela ne se réduit pas à appliquer des punitions collectives, à surveiller les chambres des résidents (en demandant au personnel de ménage de faire des comptes-rendus), à interdire sans aucun discernement des drogues autorisées par le gouvernement (à quand l'interdiction de la clope et du café : on n'est pas sûr que ça soit aussi très bon pour le coeur). Surtout pour un problème dont le coeur ne réside vraiment pas dans le foyer des élèves comme essaie de le montrer cet article. On ne règle pas les problèmes à grand coup de punition et d'infantilisation massive. On résout, nous semble-t-il, les problèmes par le dialogue, par l'application de règles mesurées et réfléchies et pas en utilisant des méthodes où on montre qui est le chef et qui doit obéir. On espère que, dans un établissement comme l'Ecole Normale Supérieure, dont certaines des cibles majeures restent quand même l'enseignement et la formation de professeurs aux méthodes modernes et ancrées dans le monde actuel, dont les élèves sont la richesse (in édito de ENS Lyon info du mois d'octobre), on réfléchit comme nous.

Un majeur en danger?

La Tartine n°36 - Répondre à cet article
La Tartine