Alcool au foyer

Je suis venu, j'ai vu, et je ne comprends pas!

Perdu dans le pays des belles blondes, de la Vodka, et des claviers sans accents, j'ai été surpris par les évènements du foyer. Suite à des évènements graves (un étudiant qui dort c'est toujours un danger), l'interdiction d'alcool est revenue au foyer, à titre de sanction. Cette sanction bien évidemment pénalise uniquement la vie associative de l'école coupable de faire dormir les étudiants. En effet, si ces derniers ne faisaient pas tant d'activités (théâtre, dessin, cuisine), ils auraient certainement plus d'énergie pour aller en cours!

Pour l'instant, rien de surprenant. Ce qui m'intrigue en revanche c'est qu'aujourd'hui on peut boire de l'alcool partout, dans la rez, dans le batiment enseignement, dans le batiment recherche, mais pas dans le foyer: c'est un peu comme si on pouvait faire du sport partout sauf au gymnase pour éviter de se blesser car évidemment on ne saurait se blesser en faisant du sport ailleurs. Bref: j'ai beau m'accrocher, je n'arrive pas à comprendre.

Cette interdiction, injustifiée pour certains, exagérée pour d'autres est le comble de l'absurde pour moi. Il est vrai que les caissières de Casino contrôlent souvent les normaliens afin d'éviter qu'ils achètent plus d'une bière par jour, et qu'elles peuvent très facilement nous empêcher de boire pendant la journée (cela semblant important pour l'administration). Comment peut-on penser qu'interdire l'alcool au foyer va changer quelque chose à la consommation d'alcool? Les gens viendront aux soirées avec leur propre alcool acheté juste avant, et le boiront à l'entrée du foyer avec défense absolue de boire quoique ce soit d'alcoolisé à l'intérieur. Cette technique ultra-classique, qui ne l'a pas déjà utilisée pour éviter de payer trop cher dans des boites? (ou dans des cinémas pour les grands cinéphiles que je represente fièrement).

Peut-être vais-je surprendre certains membres de l'administration, mais en dépit de l'interdiction de consommation de cannabis, certains normaliens se droguent, et même régulierement pour certains! Je sais c'est terrible. Il faut donc une imagination énorme pour penser qu'interdire l'alcool à un endroit de l'école peut enrayer des cas d'alcoolisme (dont personne ne soupçonnait l'existence jusqu'à maintenant).

Ceci étant, je ne pense pas que la suppression de la plaquette soit un choix judicieux: ce genre de chantage est infâme, nous ne saurions nous rabaisser à un tel niveau. La plaquette a un rôle d'information, et permet donc (dans une certaine mesure) aux étudiants de choisir judicieusement leur école: rien à voir avec l'affaire présente. Aujourd'hui nous devons convaincre certaines personnes de l'absurdité de la situation, et non pas rivaliser dans le domaine de l'absurde et de l'injustice.

Tom biopower!
La Tartine n°58 - Répondre à cet article
La Tartine